Séance publique du Réseau de transport métropolitain : une mobilisation de la Rive Sud

      Commentaires fermés sur Séance publique du Réseau de transport métropolitain : une mobilisation de la Rive Sud

Un fort contingent de membres de l’Association pour le transport collectif de la Rive-Sud (ATCRS) s’est mobilisé afin de poser des questions lors de la séance publique annuelle du Réseau de transport métropolitain (EXO) le 21 juin dernier. Il est utile de se rappeler qu’EXO succède aux anciens conseils intermunicipaux de transport (CIT) et à l’Agence métropolitaine de transport (AMT) en ce qui a trait respectivement aux services d’autobus et de trains.

Les membres de l’ATCRS ont questionné le conseil d’administration sur de nombreux aspects allant de la bonification du service interne à la couronne sud à l’amélioration du confort à bord des autobus en passant par les problèmes de communication des nouveaux horaires.

« Nous sommes satisfaits de l’ouverture de l’équipe d’EXO aux idées apportées par les citoyens », commente Axel Fournier, porte-parole de l’ATCRS. « La direction nous a confirmé qu’elle entendait développer la desserte des divers pôles en développement sur la Rive Sud, ce qui répond à une des demandes de l’ATCRS ».

L’ATCRS a également abordé la question de l’arrêt Route 132-De Montbrun, un arrêt d’autobus situé à Boucherville où les autobus d’EXO peuvent embarquer ou débarquer des passagers vers Varennes ou Sorel-Tracy, mais non pas en direction ou provenance de Longueuil et ce, même si les autobus d’EXO qui desservent cet arrêt ont Longueuil comme origine ou destination.

Bien qu’elle ait affirmé être au courant de cette situation, la direction d’EXO n’a pas souhaité s’avancer sur ce dossier qui exigerait une intervention de l’Autorité régionale de transport métropolitain.

Globalement, l’ATCRS estime que la tenue de cette première séance publique a été un événement positif qui a permis aux usagers de prendre contact avec les décideurs du transport collectif. « Nous sommes heureux de constater que plusieurs dirigeants d’EXO, dont le directeur général, sont eux-mêmes des usagers du transport collectif », note M. Fournier.