Transport collectif : un budget intéressant, mais insuffisant

      Commentaires fermés sur Transport collectif : un budget intéressant, mais insuffisant

L’Association pour le transport collectif de la Rive-Sud (ATCRS) réagit favorablement à l’inscription dans le Plan québécois des infrastructures (PQI) de l’étude de deux nouveaux projet de transport collectif, soit le prolongement de la ligne jaune et la mise en place d’un mode de transport collectif structurant dans l’axe du boulevard Taschereau. Par contre, l’ATCRS déplore l’absence d’amélioration de l’enveloppe pour l’exploitation des services actuels.

« L’annonce de la mise à l’étude des projets de prolongement de la ligne jaune et de la mise en place d’un projet structurant dans l’axe de Taschereau est un signal fort de l’intérêt du gouvernement québécois envers l’amélioration du transport collectif », constate Axel Fournier, porte-parole de l’ATCRS.

Quelque soit le mode choisi pour l’axe Taschereau (tramway ou service rapide par bus), l’ATCRS considère essentiel le développement d’un service fréquent dans cet axe qui reliera le futur Réseau express métropolitain à la ligne jaune. Quant au prolongement de la ligne jaune, il permettrait, selon l’Association, l’établissement d’un véritable pôle de correspondance près du Collège Édouard-Montpetit.

Si les projets d’investissements apparaissent souhaitables aux yeux de l’ATCRS, l’Association considère néanmoins que le sous-investissement chronique dans les budgets d’exploitations des organismes publics de transport en commun n’a pas été réglé par ce budget. « Même s’il a de beaux projets, le gouvernement oublie qu’il faut financer adéquatement les opérations des réseaux existants ».  explique M. Fournier

En effet, l’ATCRS ne comprend pas pourquoi le gouvernement ne bonifie pas le financement du Programme d’aide gouvernementale au transport collectif des personnes, un programme essentiel au financement des opérations quotidiennes du transport collectif. « Ne pas bonifier le financement de l’exploitation du transport collectif équivaut à condamner les usagers au statu quo en attendant d’éventuels investissements,  » conclut M. Fournier.